biodiversité bioclimatisme urbanisme

Les humains et non-humains d'un territoire sont notre préoccupations.

Dans un territoire, le vivant non humain doit maintenant être reconnu et protégé en tant que tel, comme faisant partie du collectif.
Grâce au concept de biodiversité qui est la quantité et la qualité de l’information contenue dans tout système biologique ainsi que la mémoire et l'avenir de la vie, le vivant non humain devient également la richesse d’un territoire, un bien commun, par exemple pour les services écologiques rendus.
Notre objectif est donc de proposer une organisation spatiale des espaces humains qui intègre leur vivant non humain. Cela doit tout d'abord se faire sous la forme d'une trame verte et bleue (TVB) qui constitue un outil d'aménagement multifonctionnel d’un territoire. En effet, en plus de sa forte fonction d’adaptation aux changements climatiques (les zones humides sont des réservoirs d’eau, les haies ont un effet de contention des coulées de boue lors de pluies intenses, les forêts anciennes protègent les sols et assurent une gestion des eaux...), la TVB porte d’une façon implicite ou explicite une forte dimension paysagère. Sous la forme de continuités écologiques, une TVB présente un aspect esthétique et sensible très marqué, renvoyant, de surcroît, à une appartenance locale, voire à une identité territoriale.
Aménager, c’est donc harmoniser la biodiversité et l’inerte (l'artificiel, le bâti), par exemple, en faisant mutuellement s’enrichir les surfaces agricoles/naturelles et les surfaces artificialisées pour mieux les articuler, générant de nouveaux projets en matière d’habitat et de déplacement.